Voyager avec la misophonie

Les images et les sons peuvent être accablants, mais vous ne devez pas manquer. (Osaka, Japon)

Être dans une auberge signifie se coucher avec les racines mêmes du bruit. Il s'agit d'un compromis flagrant pour des hébergements abordables et une chance de faire connaissance avec d'autres voyageurs du monde. Que se passe-t-il cependant lorsque vous souffrez d'une surcharge sensorielle ou de quelque chose comme une haine de certains sons?

Je peux vous dire que vous n'êtes pas seul.

Il y a un an, j'ai commencé à entendre des sons qui, pour moi, étaient l'essence des cauchemars. Ces fréquences et ondes sonores sont devenues des déclencheurs intenses d'une grave anxiété. Beaucoup d'entre eux sont ce que les gens sans haine pour ces bruits appellent «normaux», et rien de semblable aux clous sur un tableau noir. Je suis le contraire. Je peux tolérer les ongles sur un tableau noir, mais je commencerai à hyperventiler si je suis exposé à une mastication ou une déglutition bruyante, une succion des dents, un léchage ou un claquement de lèvres, des bruits de baisers, d'autres bruits buccaux et des gouttes répétitives. Selon la façon dont je suis trop stimulé lorsque ces bruits arrivent à portée de voix, je pourrais me retrouver à perdre le contrôle et à me déchaîner.

Il existe très peu de moyens de contrer ce trouble, que je connais maintenant sous le nom de misophonie, mais le principal moyen est de tout bloquer avec de la musique.

Certains jours, je peux tolérer les bruits beaucoup plus facilement. Par exemple, si je prends un cours de yoga, je suis moins enclin à décoller de la poignée si quelqu'un ouvre un sac de chips. Quand je suis à la maison, je diminue les ennuis en me barricadant dans une pièce et en écoutant quelques morceaux.

Pourtant, lorsque vous êtes aussi un voyageur mondial et un nomade numérique, rester dans ma chambre toute la journée juste pour éviter certains sons n'est pas faisable. Si vous êtes comme moi et que vous voulez voir le monde mais avez peur que votre misophonie ne vous gêne, je veux que vous sachiez qu'il existe des moyens.

Bien que je ne puisse pas proposer de remède - car il n’existe pas - je peux vous donner des conseils sur la façon d’éviter ou d’atténuer les déclencheurs. De plus, je peux offrir une nouvelle perspective sur ce trouble et comment vivre avec succès avec lui.

Qu'est-ce que la misophonie?

De toute évidence, tout cela ira au-delà de votre tête si vous ne comprenez pas ce qu'est la misophonie.

La misophonie se traduit par «la haine des sons», mais ce n'est pas tout à fait exact. Tout le monde ne partage pas les mêmes déclencheurs. Certaines personnes pourraient en avoir plus que d'autres. Le sketch "Alarme de voiture" de Dane Cook, ça vous tente? Par exemple, je peux faire face au bruit des articulations qui craquent tandis que d'autres personnes peuvent se sentir dégoûtées. D'autres pourraient tolérer le slurping, mais cela fait monter les cheveux sur la nuque.

En d'autres termes, il existe un spectre de sons unique à chaque victime qui provoque une réponse négative. Selon une étude réalisée en 2016 par Willis et Malcolm, la misophonie est un «trouble neuro-psychologique dans lequel des stimuli auditifs - et parfois des stimuli visuels - déclenchent une réaction de combat-fuite, qui a ensuite une négativité associée.»

Une réaction automatique. Une envie incontrôlable de s'échapper. Pas étonnant que la misophonie soit parfois associée au TOC et à la surcharge sensorielle de l'autisme.

Réactions courantes aux stimuli
Les symptômes de la misophonie sont les suivants:

  • Transpiration
  • Rythme cardiaque augmenté
  • Crises de panique
  • Crises d'anxiété
  • Irritabilité
  • Imiter la personne ou l'objet émettant le son pour tenter de bloquer les stimuli
  • En hurlant
  • Marmonner
  • Bâillonnement ou retching
  • La nausée
  • Maux de tête
  • Tremblant ou tremblant

Malheureusement, pendant mon séjour dans des auberges du monde entier, j'ai été exposé à de nombreux sons déclencheurs qui provoquent ce genre de réactions. Les gens mangent dans des sacs de croustilles croustillants dans la chambre. D'autres ronflent bruyamment ou marmonnent en rêvant. Les toilettes sifflaient. Les bouteilles en plastique bon marché grésillent lorsqu'elles sont pressées. Les fermetures éclair s'ouvrent et se ferment constamment. Les pinceaux glissent à plusieurs reprises dans les tresses. Les planches gémissent. Les portes grincent.

La première auberge m'avait au bord de la folie. La seconde, j'ai commencé à m'améliorer un peu. Au moment où j'étais dans ma troisième auberge, j'avais développé une routine qui me permettait d'éviter tous les bruits inquiétants.

Vous vous demandez peut-être: "Pourquoi se donner la peine de subir toute cette douleur?" Ce n'était certainement pas pour me désensibiliser, car cela se serait déjà produit.

Je pense plutôt à cela comme une découverte de soi. Combien puis-je faire face aux bruits? Quand est-ce que j'atteins mon point de rupture? Quels mécanismes d'adaptation puis-je trouver pour m'aider à traverser cela? Depuis que je veux voyager, j'avais besoin de savoir.

Recommandations pour un voyage sans douleur avec la misophonie

  1. Soyez réel avec vous-même. Il ne peut pas insister suffisamment sur cela. Vous n'avez pas à vous mentir à propos de ce trouble, car ce n'est pas quelque chose qui disparaît. Certaines personnes peuvent contourner les déclencheurs et finir par les ignorer, mais certains stimuli cesseront de vous causer de la douleur. En embrassant le fait que vous souffrez de misophonie, vous vous retrouverez plus à accepter les attaques lorsqu'elles se produisent; et vous pourrez ensuite les étudier plus efficacement.
  2. Construisez un meilleur itinéraire. Répondez-moi ceci: combien de voyages avez-vous fait où vous visitez des attractions touristiques sans escale? Quand avez-vous le temps de décompresser? Si votre misophonie est associée à une surcharge sensorielle, vous pouvez atténuer les effets négatifs en associant un occupé, stimulant l'attraction avec un autre calme. Par exemple, je pourrais choisir un monument célèbre qui ne manquera pas d'être bruyant, puis aller dans un musée qui promet d'être moins écrasant. Vous allez sur un marché? Cherchez un parc après. Pensez également à ce que vous pouvez personnellement tolérer. Pour ma part, je préférerais passer une soirée dans un bar bruyant que dans la cuisine commune d'une auberge, car il y a beaucoup plus de musique et de bruit constant qui se mélangent dans un bar que dans cette cuisine. Si certaines fréquences ne peuvent pas être entendues, alors cela ne me dérange pas. Peut-être que cela fonctionnera aussi pour vous.
  3. Soyez sélectif de vos hébergements. Oh, combien d'erreurs ai-je faites avec celui-ci! Afin d'économiser de l'argent, j'ai réservé une fois une auberge de jeunesse à côté d'une boîte de nuit qui a fait exploser du rap jusqu'à 02h00. Une autre fois, j'ai sauté les critiques et j'ai raté le fait que plusieurs personnes se plaignaient de claquer les portes et les murs minces. Bien que certaines conditions ne puissent être évitées, vous pouvez rechercher des mots clés dans les avis et sur les sites de réservation qui vous indiqueront à quoi vous attendre à propos de l'hôtel, du motel, de l'auberge ou d'Airbnb. Il vaut parfois mieux dépenser plus d'argent dans une seule pièce que de lutter constamment contre l'absurdité de votre système auditif.
  4. Investissez dans des écouteurs et / ou des bouchons d'oreille de haute qualité. Honnêtement, les bouchons d'oreille ne me le coupent pas. Je peux toujours tout entendre. Ce qui m'aide, ce sont les écouteurs et la musique qui réduisent le bruit. Le genre n'a pas d'importance, aussi longtemps qu'il n'y a pas de dissonance. Parce que la musique est mon sanctuaire, je l'écoute jour et nuit. Je dors avec des écouteurs. Donc, non, n'achetez pas un ensemble bon marché dans un magasin à un dollar et attendez-vous à ce qu'ils bloquent vos sons de déclenchement. Investissez dans quelque chose qui vous entoure dans des sons apaisants et rien d'autre.
  5. Faites le savoir aux autres. Bien que cela puisse être difficile, car vous pourriez avoir l'impression que les autres ne comprendront pas ou n'accepteront pas ce trouble, c'est la bonne chose à faire. Vous ne voulez pas regretter d’avoir été enragé par un son et d’être agressif ou impassible. Dites simplement que parfois vous ne pouvez pas tolérer certains sons, et si vous finissez par vous éloigner ou vous éloigner, c'est simplement parce que vous avez besoin d'un moment pour gérer le stress. Je suis sûr que la plupart des gens seront prêts à vous donner un peu d’espace.

Dernières pensées
Voyager est à la fois incroyable et stressant. Il y a beaucoup de nouvelles expériences qui vous attendent, alors au lieu de craindre le déluge de bruit qui vous accueillera à coup sûr où que vous alliez, plongez-vous dedans. Vous apprendrez à faire face aux difficultés liées à la misophonie, également appelée haine des sons. Utilisez vos mécanismes d'adaptation, recherchez un moment de calme et sachez comment parler aux autres des stimuli que vous devez éviter.

Vous aussi, vous pouvez parcourir le monde. Ne laissez pas la misophonie vous empêcher de rencontrer d'autres compagnons de voyage internationaux et de profiter de tout ce que le monde a à offrir.