Photo de Meagan Bourne sur Reshot

C'est la pire partie de voyager

Il y a beaucoup de choses qui sont formidables dans les voyages.

Explorer de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes, faire des choses que vous n'auriez jamais rêvé de faire.

Mais, pour moi, il y a sans doute une chose qui est horrible à voyager.

Ce ne sont pas les longs vols ou les voyages en bus sur de longues distances.

Ce n’est pas la chaleur brûlante ni les températures glaciales que vous pouvez rencontrer à certains endroits.

Ce n’est certainement pas la nourriture louche que vous pouvez trouver à certains endroits.

Non, la pire chose à propos de voyager, c'est de dire au revoir aux gens que vous rencontrez en chemin.

J'ai beaucoup voyagé seul et les expériences m'ont ouvert les yeux et m'ont aidé à grandir en tant que personne.

Mais voyager seul a ses limites.

La compagnie des autres vous manque. Les endroits que vous vivez sont bien meilleurs en compagnie. Ce sont vraiment les gens qui font les lieux et non les lieux eux-mêmes.

Dire au revoir

Au cours des cinq dernières années, j'ai rencontré tellement de gens que j'en ai eu assez de rencontrer de nouvelles personnes. Suivre la même routine avec quelqu'un d'autre tous les deux jours est devenu fastidieux.

Je sais que cela semble ridicule, mais c’est vrai. J'avais rencontré tellement de gens lors de mes voyages que je venais juste de manquer de jus. Aussi mauvais que cela puisse paraître, je n’étais pas toujours morose ni grincheux. Bien que je sois sûr que certains de mes amis ne seraient pas d’accord!

Au cours de mes voyages, je me suis fait des amis incroyables. Des gens que je considère comme des amis proches à ce jour, même si nous ne nous sommes pas vus depuis quelques années.

Lorsque vous voyagez, vous développez des amitiés beaucoup plus rapidement. C’est comme si toute la situation était sous stéroïdes.

Vous apprenez à connaître les gens beaucoup plus rapidement. Cela est particulièrement vrai si vous vivez avec eux dans une auberge ou une maison pendant une période prolongée.

Après quelques mois, vous avez l’impression de les connaître depuis deux ans. Telle est la rapidité avec laquelle vous devez vous connaître.

C'est fou!

Mais il y a toujours le sentiment sous-jacent qu'à un moment donné, vous vous séparerez. Vous pouvez être sur la route pendant un an ou deux, mais il arrivera un moment où le voyage prendra fin.

C’est difficile quand on considère ces personnes comme des amis proches, car on ne sait jamais vraiment quand on les reverra.

Vous pouvez faire d’excellents voyages pendant 3, 6 et même 12 mois, puis un jour, vous dites au revoir et ils sortent de votre vie aussi rapidement qu’ils y sont entrés.

Regardez en arrière avec tendresse

Parmi tous les amis que je me suis faits en voyageant, je n’en ai vu que quelques-uns depuis que nous nous sommes séparés.

Une fois que vous êtes sorti de la bulle et que vous reprenez votre routine, il peut être difficile de rester en contact avec les gens et éventuellement de se rencontrer à l’avenir.

Malheureusement, la vie continue. Les moments sont fugaces et il n’est pas facile de rester en contact avec des gens du monde entier. Même avec les médias sociaux aujourd'hui.

Je me trouve souvent désireux de retourner dans les bons moments. Que ce soit en Australie, en Nouvelle-Zélande ou à Barcelone, je me retourne et espère pouvoir revivre ces expériences avec ces personnes.

Mais je ne peux pas.

Les gens entrent dans votre vie, font une marque, puis partent. C’est juste la vie.

Je sais que je reverrai ces personnes, mais lorsque vous aurez passé des mois et des années avec elles, il sera difficile de vous adapter.

Il est trop facile de revenir sur les bons moments et de souhaiter de nouveau tout.

Tout ce que vous pouvez faire est de regarder tous les souvenirs que vous avez faits avec amour.

Ne soyez pas tristes qu’ils soient partis, soyez heureux de pouvoir vous rappeler vos souvenirs.

La pire partie de voyager?

C’est sans aucun doute se faire des amis pour la vie et ne pas savoir quand on va les revoir.

C’est le pire!