Comment j'ai passé mes «vacances» au gouvernement

La fermeture partielle du gouvernement fédéral, la plus longue jamais enregistrée, a touché environ 800 000 travailleurs fédéraux dans les cinquante États. Neuf des quinze ministères fédéraux ont été touchés. Étant donné les difficultés imposées aux fonctionnaires, ce n'était pas des vacances. Voici comment j'ai essayé d'en faire ce que j'ai pu.

Une cabane dans les bois

Je suis un employé fédéral et je le suis depuis plus de 20 ans. Le week-end de décembre, lorsque le gouvernement fédéral a fermé ses portes, j'étais dans une cabane dans un parc d'État du Maryland avec ma famille, en congé annuel. Sans wifi ni signal cellulaire, je n'ai pas découvert si l'arrêt s'était réellement produit jusqu'à la veille de Noël, sur le chemin du retour. Pendant les vacances de Noël, j'ai attendu de voir ce qu'apporterait mercredi, le premier non-week-end / jour férié de la fermeture.

J'ai découvert que je figurais sur la liste des employés «exceptés». Cela signifiait que je devais me présenter au travail, mais je ne serais pas payé. Presque tout le monde était en congé. L'une ou l'autre catégorie ne signifiait toujours aucun jour de paie.

Ce mercredi après Noël, l'Agence est passée par le processus de fermeture. Tous ceux avec qui j'ai travaillé ont eu quatre heures pour fermer leur travail, remplir les formulaires nécessaires et se déconnecter. Toute personne en congé ne pourrait pas utiliser son ordinateur de travail ou son téléphone portable, donc les coordonnées seraient limitées.

Alors que je devais travailler, je ne pouvais travailler que sur les tâches jugées «nécessaires». Cela limitait ce que je pouvais faire. Les journées étaient principalement consacrées à la surveillance des e-mails pour les événements qui nécessiteraient une contribution de ma part, comme des urgences et des questions de santé publique. Avec plus de la moitié de la main-d'œuvre en congé, il n'y avait pas beaucoup de courriels, j'ai donc eu beaucoup de temps d'arrêt. Si je n’avais rien de «nécessaire» à faire, j’étais hors d’horloge jusqu’à ce que le prochain e-mail apparaisse. Après avoir lu et surfé sur le Web pendant des heures, à mon propre rythme, je me suis ennuyé. La nouvelle de la fermeture est restée négative, les pronostiqueurs parlant de semaines ou de mois avant une résolution. Cela pourrait durer un certain temps. Je devais trouver quelque chose à faire.

J'espère être à environ un an de ma retraite. Quand je prendrai ma retraite, je m'attends à avoir le temps de poursuivre certaines choses que je ne trouve pas le temps de faire maintenant. Des choses comme l'écriture, la photographie et les voyages, puis un blog sur tout cela. J'essaie de faire ce que je peux maintenant, à temps partiel. Essayant principalement d'apprendre le métier impliqué. Il semble que je ne puisse travailler que par à-coups. (C'est du moins mon excuse… attendez que je sois à la retraite…) Maintenant, cependant, avec l'arrêt, je me rends compte que j'ai le temps. J'ai décidé que mon objectif était de passer ma journée comme si j'étais à la retraite et que je pouvais maintenant travailler sur l'écriture et la photographie. Je pourrais créer un blog, même si c'est juste pour moi.

J'écris depuis un certain temps, travaillant sur une collection de nouvelles. Je continue également à explorer le contenu en ligne pour plus de connaissances afin de pouvoir écrire ce roman. Je prends plusieurs cours en ligne sur l'écriture. Cela dit, je me rends compte (cela pourrait être un choc pour quiconque travaille dans un métier tel que l'écriture, non) qu'il n'y a pas de substitut pour travailler réellement à l'écriture. Mettre du temps de qualité au bureau ou à la caméra. J'ai pensé qu'après la retraite, je pourrais y consacrer tout ce temps, mais c'était ma chance. Je ne savais pas combien de temps l’arrêt durera, mais j’ai sauté le pas.

Bois enneigés

J'ai créé un compte Twitter, une page Facebook et un compte Instagram, tous liés. J'ai commencé à poster quelques photos que j'ai prises (rien de tel que les bois après une chute de neige.) J'ai ensuite vraiment franchi le pas et mis en place un blog. Je veux écrire et discuter de la retraite fédérale, puis de la vie de retraité. J'ai l'intention de toucher à des choses qui m'affectent (narcissique, je sais, mais je sais aussi que je suis comme beaucoup d'autres là-bas au pays des baby-boomers.) Des choses comme se préparer à voyager à la retraite, obtenir et maintenir une forme physique pour les retraités et les loisirs . Dans mon cas, ces passe-temps sont l'écriture et la photographie. Je pense qu'au moins je serais bien informé sur la plupart des facettes de la retraite fédérale pour ma propre édification. Je continue également à travailler sur mes nouvelles, à nettoyer les brouillons et à commencer de nouvelles histoires. Dans un effort pour explorer davantage mon écriture, j'ai rejoint Medium pour lire les articles que les écrivains publient et soumettre mes écrits pour les commentaires indispensables d'autres écrivains.

Je ne peux pas croire à quel point tout cela est effrayant. C'est une chose d'écrire des histoires courtes d'un contenu quelque peu personnel et de ne jamais les montrer vraiment à personne (pour l'instant). C'est une autre chose que de publier ses écrits sur Internet pour que quiconque puisse les voir, les lire et les commenter. J'ai lu tant de nouveaux écrivains courageux qui se sont mis à la disposition de tous, et je me rends compte que c'est une exigence nécessaire. Je pense que je peux tout rationaliser en me disant que probablement personne ne le lira à l'exception des pauvres amis et parents auxquels je l'inflige. Et, la plupart seront de nature non-fictionnelle, du matériel que je suis plus à l'aise et que je pratique à produire et une bonne connaissance pour moi.

Heureusement pour tous les employés du gouvernement touchés, la fermeture vient de se terminer. Je sais que nous serons occupés à tout redémarrer au travail, mais j'espère que tout configurer et fonctionner me permettra de continuer avec le blog. Et, je sais que je prendrai ma retraite, j'ai donc besoin des connaissances sur la retraite malgré tout. Alors, c'est parti…